Un Homme nommé Cheval

Blog équestre… Tout ce qui peut intéresser les amoureux du cheval… Et plein d'autres choses…

Dominique Walter – Les vosgiennes & Le coton

Ils viennent un à un de Saint Dié, de La Bresse ou d’Gérardmer,
Les excités de la montagne
Le froid n’est pas prêt d’les cong’ler, à la mirabelle ils se sont damnés
C’est leur carburant vital
Pourtant on en f’ra pas des centenaires, car quand ils grimpent sur mémère,
Ils assurent comme des malades
Y’a qu’le soir après l’boulot, l’brame du vosgien fait de l’écho,
Pour le grand plaisir des dames

REFRAIN
Pourtant, que les Vosgiennes sont belles, comment ne pas être excité
Quand tombe culottes et jarretelles, tous les moineaux s’mettent à chanter

Après cinq jours de labeur, le bon Vosgien se met en cœur,
Pour une bringue infernale,
Alors on sort le vin d’groseille, maman s’met l’vernis aux orteils,
Papa son caleçon de bal
Et puis dans la soirée bien avancée, le caleçon tombe sur le plancher
Le Vosgien est de fort bonne race !
Et puis mesdames vous vous remuez, et tout l’basard est animé
Ca élimine la matière grasse
REFRAIN
Le dimanche arrive à grands pas, après la bouffe, la gueule de bois,
Il faut éliminer les scories
Alors on va écouter le brame du cerf, car dans la soirée de toute manière
Ca peut redonner des envies
Alors on coince maman derrière l’tas d’bois, et quand elle fait hip hip hip houra !
On a droit encore à une partie
Mais la tête n’commande plus les pieds, on a l’intestin tout déréglé
Quand on a bouffé trop d’lentilles
REFRAIN
Pourtant, que les Vosgiennes sont belles, comment ne pas être excité
Quand tombe culottes et jarretelles, tous les moineaux s’mettent à monter

Paroles : Dominique Walter – Musique : Jean Ferrat

Au nord, y’avait les corons, à l’est, c’était le coton
Du travail, plus que de raison, les hommes, tisserands pour de bon

Pendant un siècle et d’mi, ce monde s’est dév’loppé,
Se blottissant dans les vallées
Ils venaient d’la montagne, ces hommes des campagnes
Qui ont fait que les Vosges gagnent
Des blanchiments sur pré, autour de Gérardmer
Un univers immaculé
Malgré les guerres des fous, et la rigueur des coups
Le pays s’est remis debout

Cheminées de briques rouges, dépassant la verdure
Partage d’usines et de nature
Filatures et turbines, motricité machines
On n’pensait jamais à la Chine
Mais le monde a bougé, et les temps ont changé
Arrêt des métiers à tisser
Chapeau à ceux qui restent, Pas de temps à la paresse
C’est l’savoir faire des gens de l’Est

C’est coriace un Vosgien, et ça n’a peur de rien
Et on préparera demain
Notre histoire est encrée, elle est à partager
A raconter et à chanter
Et là dans mon pays, à chaque soleil joli
Au temps des fleurs et d’la neige aussi
Ils arrivent de partout, et s’arrêtent chez nous
Car c’est si beau ça vaut le coup

Paroles : Dominique Walter – Musique : Pierre Bachelet

Bonus : Dominique Walter et Claude Vanony

« Aux quatre coins de la Terre »

« Vanony »

1 Comment

  1. j’ai passe toute ma vie professionnelle aux filatures et tissage Carlos Dorget á La Longine Haute Saone,l’epouse de mon patron s’appelait Walter de son nom de jeune fille son prenom Claire, elle etait je crois originaire de Granges sur Vologne.Etait-elle parente avec toi? Bravo pour ta chanson « Le coton » merci pour tous ces souvenirs.Byebye.

Ecrire un commentaire

Votre commentaire peut etre en attente de modération. Merci de ne pas le reposter.